Re: Handicapé et alors ? Je l'aime ce métier !!

#42
Bonsoir,

La voici la suite

Tout d'abord merci à vous pour vos commentaires.
Il ne faut surtout pas comparer mon travail à celui de Bill76, lui raconte une histoire complète, de mon côté c'est simplement l'histoire que j'ai vécu pour créer ce sujet !

Pour ce soir nous allons finir d'expliquer la partie tracteur et la création du chariot roulant.

Pour le tracteur donc:
La patine est finie, le tracteur est sale, du moins de l'extérieur, il nous reste à mettre en place les flexibles du bras et salir l'intérieur de cabine.

Pour les flexibles, les deux gros qui représenteront l'arrivée et le retour d'huile venus de la centrale électrique, on utilisera les mêmes que ceux de l'arrière, à savoir un élastique de caleçon, ça mesure environ 0,8mm de diamètre.
Pour les flexibles allant à chaque vérin, il faut du plus petit diamètre, cherchons un peu dans la boîte à couture de Mme, et là le trouve une bobine de fil noir qui fera parfaitement l'affaire, un coup de pied à coulisse m'as indiqué 0,2mm.

On reprend la même méthode du bout de fil plongé dans la peinture et un petit bout de colle pour simuler le raccord se vissant sur le vérin.

Pour le petit bloc électrovanne permettant la commande à distance du bras pour la personne sur son chariot, j'ai choppé un petit morceau de styrène qui traînait sur le bureau.
J'ai entamé quelques trous qui me permettront de venir fixer mes flexibles, j'ajouterai un morceau de fil vertical pour imiter l'antenne de commande à distance.

Voici le résultat
DSC_1528.JPG
Pour les salissures de l'intérieur de cabine on y viendra plus tard car un événement impromptu m'as obligé à changer de tactique et d'idée tant au tracteur qu'au diorama.

Nous vla donc confronté à notre personne handicapée.

Va faire comprendre que ce bras sur le côté est bel et bien pour une personne à mobilité réduite, pas le choix il faut présenter quelqu'un en fauteuil roulant, un personnage assis, je ne me suis pas embêté, j'ai pris un AT Collection tout simplement.

Pour la réalisation du chariot en lui même, un peu de profilé de 1mm tordu, quelques traverses et le châssis est fait.


Pour les roues, j'avais récupéré lors d'un petit apéritif chez des amis des pics, genre cure dent, en plastique.
Ce n'est pas la fourche à deux dents au bout qui m'avais interpellé mais plutôt l'étoile de mer à l'autre bout, il y avait bien des cœurs, des têtes de vaches, des soleils mais non, ce qui m'intéressait moi c'était ces étoiles !
Le but ? Soit faire un centre de poulie moulée, des roues de cariole tractée ou un truc du genre.

Du coup il m'en fallait au moins deux pour arriver a faire un truc qui tient a peu près debout!
Je l'ai eu a l'usure ma seconde étoile de mer, on m'as fait organiser un jeu dans la soirée pour la gagner!!
Blind Test improvisé chez les amis, un carnage, j'avais plus de voix, mal au pied a force de taper du pied par terre lorsque je trouvais la réponse et la petite danse du vainqueur a la fin mais j'ai eu mon étoile, et les amis ont eu leur cuite, forcément, celui qui trouve marque un point, celui qui ne sait pas boit une goulée, mauvais temps pour les non-mélomanes!


Soit, on va prendre ces étoiles pour créer des roues du type de celles sur le fauteuil ci dessous.
fauteuil-roulant-manuel-pliable-en-acier-largueur.jpg
fauteuil-roulant-manuel-pliable-en-acier-largueur.jpg (45.8 Kio) Vu 1070 fois

Voici notre châssis brut avec les fameuses etoiles:
DSC_1475-min.JPG
DSC_1475-min.JPG (43.11 Kio) Vu 1070 fois


Pour les pneus on cherche un peu dans la boite a joints toriques un fil a tore assez gros pour faire le pneu principal. on viendra le coller sur les rayons de notre étoile.


L'étoile sera peinte en noir comme le joint torique, sinon il faudra repeindre l'intérieur du joint pour simuler la jante. Je ne me sentais pas de faire quelque chose de propre, j'ai donc choisi la facilité.

Sur le côté de la jante en plastique, on viendra ajouter un autre joint de plus petit diamètre pour faire la tube circulaire que la personne prend en main pour faire avancer le fauteuil.
Celui là sera peint en gris type alu pour ajouter un peu de relief et ne pas avoir un ensemble tout de la même couleur.

Au niveau de la roue folle a l'avant, j'ai choisi un autre joint torique tout petit. Pour créer la chape de maintient, j'ai pris un morceau de plaque de 0,2 mm que j'ai plié en U. Pour celle là, pas de rayons, avec la chappe le centre du joint est a peine visible et en plus celle-ci sera aussi en noir et se confondra encore plus avec le joint.

Pour la peinture du châssis, j'ai choisi un bleu Cochet qui traînait dans un coin, ça fait une couleur pas trop tape a l’œil mais c'est pas non plus les trucs qu'on voit parfois en bleu foncé.

Et vla l'boulot!
DSC_1479-min.jpeg
DSC_1479-min.jpeg (52.09 Kio) Vu 1070 fois


Pour les coussins d'assises et du dos, je n'ai pas cherché bien loin non plus, il s'agit de gaine rétractable de Ø40 mm que je coupe a la dimension voulue.
Un point de colle discret sur les traverses et le tour est joué, en vrai ça doit être tape cul mais bon, lui ne parle pas!!

Du coup au niveau de l'avancement du projet, on a en gros fini le tracteur, le chauffeur et son accessoire principal sont faits pour le moment.

Il reste un gros gros morceau qu'est le diorama, c'est l'objet du prochain numéro!

Stay tunned! (monocle)
Velavii' Pics sur Facebook

Re: Handicapé et alors ? Je l'aime ce métier !!

#45
Bonjour à tous!

On repars pour un nouvel épisode de notre petite histoire, on va parler de la partie diorama!

Il faut bien l'avouer, c'est la partie qui me botte le plus, car c'est là que l'histoire se monte vraiment et qu'on ajoute les détails pour raconter au mieux cette fameuse scène de vie que l'on fige sur ce bout de planche!

Le fait de poser ça sur la table et de voir des gens se pencher devant pour se mettre a niveau, chercher a s'inclure dans la planche et dire "J'y étais!!", c'est mon idée d'un diorama. Il faut pouvoir faire une photo et imaginer ce qu'il s'est passé, ce qu'il va se passer et pourquoi c'est ainsi au moment précis où l'on regarde cette image!

Bref, on s'écarte un peu.

Revenons au pourquoi du comment?

On a donc un mec handicapé dans la cour, il est agriculteur, on lui a aménagé un tracteur, c'est pas pour rien, faut qu'il bosse le gazier!
Qu'est ce qu'on va bien pouvoir lui faire gratter?

Rappelons que j'ai voulu faire un tracteur de tête d'une petite ferme, donc on peut s'imaginer que l'exploitant est seul ou avec un peu de main d’œuvre mais ce n'est pas une ferme avec 6 associés!
Il faut obligatoirement que le tracteur soit en adéquation avec le type de travail a lui faire faire, mais aussi que ce travail soit faisable par un handicapé, autrement dit, pas de maraîchage, pas de bois (seul c'est plutôt compliqué et c'était déjà plus ou moins l'idée de mon dernier challenge).

Rappelons également qu'il est assez important a mes yeux que la scène puisse se dérouler dans mon secteur géographique, principalement en polyculture élevage donc.
Il faut aussi que la scène puisse rentrer dans ce fameux cadre de 30x40 qu'on nous impose dans le règlement du challenge.

Je m'oriente donc vers une activité en élevage car l'élevage ça me botte!
Il faut aussi pour mon intégration dans le projet qu'il y ait une sorte de coupure avec l'extérieur du cadre lorsque l'on se penche pour voir et donc couper l'horizon.
Pour cela j'aime inclure un bâtiment, il y a un peu de travail pour la charpente couverture mais j'aime bien cet aspect.

C'est décidé, il y aura un bâtiment, mais que mettre dedans pour que notre cher ami puisse s'en occuper sans lui causer trop de déboires!

J'ai pensé aux poulets, mais j'ai tout de suite imaginé notre paysan au milieu du lit de paille mélangé aux fientes, impossible pour lui d'avancer!

Ma première idée était de faire un tunnel agricole aménagé en bâtiment d'élevage, par chez nous de nombreux élevage de veaux pour l'engraissement en intégration sont élevés là dedans, c'est un habitat rapidement mis en place pour un coût limité.
L'activité peut correspondre avec le handicap de notre agriculteur, c'est décidé.

Maintenant comment placer cette sorte de barrière avec l'extérieur du cadre?
On teste donc en déposant les outils et tracteurs que j'aimerais voir figurer sur le diorama.
received_2145050409156738.jpeg
received_2145050409156738.jpeg (43.03 Kio) Vu 593 fois
A la base, j'avais envie de présenter un outil trainé et un outil porté afin de montrer l'ensemble des systèmes mis en place pour mon système d'attelage automatique.

LE TEMPS: denrée rare!

Donc j'ai rapidement abandonné le projet d'outil trainé, j'avais choisi une tonne a lisier pour correspondre avec l'activité d'engraissement de veaux. Tant pis, on s'en passera d'autant plus que la planche est petite et que le tracteur et les deux outils aurait surchargé la présentation et compliqué la lisibilité.
J'abandonne aussi le projet de tunnel agricole, les tubes a ceintrer, a souder entre eux, trouver la solution pour avoir une belle bâche bien tendue, inclure l'isolation itou itou, ça fait trop, ce sera un habitat en dur!!

Le système le plus imposant et visible est le triangle d'attelage pour le RAR, on se concentrera donc sur un outil porté animé sur lequel il serait bien qu'un peu d'hydraulique soit présent.
Il faut bien que le système de PDF avec mon fameux boitier intermédiaire serve a quelque chose, et surtout qu'on arrive a faire poser la question aux visiteurs et jury de: "Qu'est ce que c'est tout cet attirail !?".

Je souhaitait avoir un outil a la fois de grande série pour limiter le coût d'achat et montrer que même avec des outils "basiques" on peut faire de jolies choses, un peu dans l'esprit de la mélangeuse Keenan Britains de mon premier challenge.
Malgré tout il ne faut pas tomber dans la banalité avec un outil trop commun. Il faut aussi que l'outil soit raccord avec le projet et qu'il ait un lien possible avec le système d'exploitation.
J'ai un temps pensé a un andaineur, mais pour un élevage de veaux ce n'est pas forcément nécessaire donc j'oublie.

Reprenons les points importants:
-Mini de grande série
-Peu commun
-Porté au RAR et animé par PDF avec possible hydraulique
-Peut servir dans une exploitation d'élevage

J'ai pensé rapidement a une machine du catalogue AT collection qui fait déjà partie de ma collection. La Rotobêche Gramegna, qui en plus tombe en promo au moment voulu, je profite donc d'une commande groupée avec deux amis du coin pour ajouter ce modèle.
Pourquoi en commander une? je ne souhaite pas modifier la machine de ma collection, comme on en rigole souvent avec un ami: il y a la partie collection et la partie "expo et modifiables"!

Il faudra d'ailleurs réfléchir a un peu de modification a effectuer sur cet outil, et c'est au premier coup d’œil sur Agriaffaires pour voir l'état des machines d'occasion que l'idée m'est venue!

On y viendra plus tard.

Deux pinceaux pour délimiter un peu la cour du bâtiment, on se rend un peu mieux compte.
DSC_1533-ConvertImage.jpg
DSC_1533-ConvertImage.jpg (132.52 Kio) Vu 593 fois
On a donc le cadre, un tracteur de tête sur l'exploitation qu'on estimera a une cinquantaine d'hectares, une activité parallèle aux terres cultivables pour ajouter du revenu sans besoin de surface ---> veaux d'engraissement en intégration et une personne handicapé qui fait le boulot. Il faudra donc équiper au mieux les bâtiments pour le travail d'astreinte.

Le cadre d'ailleurs, c'est un peu la chasse au trésor pour trouver la bonne affaire, toute la famille s'y mets pour me dégotter des bonnes affaires tout au long de l'année, j'ai décidé de ne jamais mettre plus de 4€ dans un cadre, jusqu'alors j'ai toujours réussi a tenir le défi! Celui là provient de Noz, 3€20!

On commence donc la fabrication du bâtiment.
Les murs sont fait de planche de mélaminés de 7mm d'épaisseur, ramené au 32ème ça nous fait des murs de 21cm d'épais, parfait pour un parpaing!

Pour la petite histoire, ces planches sont récupérées au boulot!
Lorsque nous commandons des cardans, elles nous sont livrées dans des cartons et à chaque bout, une planche de 20cm par 20 encaisse les chocs durant le transport.
Parfois les planches arrivent broyées, elles ont bien fait leur boulot, le carton est propre et entier mais je ne peut pas les conserver, mais quand même dans 60% des cas celles-ci sont récupérables!
J'aime cet aspect bricole, récupération et approche économique de notre passion, en tant que bon auvergnat, il n'y a pas de petites économies!

Donc après quelques croquis pour les dimensions et pentes de notre futur toit, on couche la planche sur la scie et gare aux doigts surtout qu'a cette période au garage, à 11h du soir, il ne fait pas 20° mais plutôt -5° voir -10°!
Alors on respire un grand coup, et on coupe selon les traçages.
Pour la fenêtre, un perçage et on s'amuse avec la scie sauteuse a essayer de faire des contours les plus droits possibles, facile tiens avec cette lame qui s'en va ou bon lui semble, tantôt a droite alors tu tire vers la gauche, d'un coup sans prévenir, elle part a gauche, alors tu tire a droite, et là elle va tout droit!!
Quelques "nom di diou!!!" s'en vont, et ma foi, on sera obligé de jouer de la lime.

Pour le bassoir de la fenêtre j'utilise un morceau de PVC en L qui traine, de mémoire un morceau de goulotte électrique.

Un petit coup de peinture grise permettant d'imiter un crépis gris a base de ciment et la base est là!
DSC_1534-ConvertImage.jpg
DSC_1534-ConvertImage.jpg (80.77 Kio) Vu 593 fois
Encore un bon épisode pour ce soir, merci pour votre attention, si vous avez des questions...

Pour la prochaine étape on parlera du sol!
Velavii' Pics sur Facebook

Re: Handicapé et alors ? Je l'aime ce métier !!

#50
Bonsoir,

Tout d'abord, merci à tous pour vos messages!

J'essaye de détailler le plus possible malgré le peu de photos prises, j'espère que ça reste compréhensible et que tout le monde n'a pas fuit!

Pour les fautes, il y en a c'est obligé, mais un minimum d'effort et de relecture en écarte un sacré paquet!

Bon alors j'ai raconté des bêtises, c'est pas la première fois hein je sais mais bon...

On va plutôt procéder de manière chronologique et je n'ai pas fait le sol avant la partie qu'on va aborder tout de suite!

En réalité j'ai fait le relief du sol avant cette étape mais je n'ai pas de photos donc on détaillera cela après.

Pour réaliser un diorama digne de concourir pour ce challenge et d'essayer de rivaliser avec les collègues certainement en lice (parce qu'on ne sait pas vraiment qui est inscrit ou pas), il convient de réaliser un diorama assez détaillé, cohérent et avec un minimum de vécu.

Il doit aussi raconter une histoire et bla bla bla...

Reconcentrons nous sur la dernière partie de la phrase, non non pas le bla bla inutile, plutôt le minimum de vécu!
Oui, le diorama aussi doit être patiné, enfin DOIT, personne ne dicte ce que l'on doit faire ou non, mais pour la cohérence c'est mieux, selon moi toujours.

Quoique je me demande toujours si le contraste entre un modèle ayant vécu avec un diorama reluisant ne pourrait pas être d'un effet sympathique?
On voit tant de voiture reluisantes poser dans des décors abandonnés, de quoi attirer l’œil et centrer le regard sur le sujet! A réfléchir...

Pour ce sujet j'ai choisi de patiner l'ensemble du diorama tout en conservant un aspect "propre" d'une ferme, pas une cour totalement sale et des bâtiments délabrés, enfin c'est ce que je voulais au départ mais c'est pareil on verra plus tard.
C'est pendant mes trajets en voiture que je repère quelques cour de ferme, quelques idées a reproduire, ou à transposer sur d'autres projets des sortes de mélanges que je me fais, enfin bon on en reviens à l'une des premières phrases du sujet, on est nombreux a bosser dans cette caboche, un peu dans tout les sens d'ailleurs, c'est pas organisé du tout mais ma foi, on tente de s'y retrouver!
Donc, on disait que pendant mes trajets j'ai repéré un corps de ferme qui me plait, ni une ni deux, je m'arrête, sors le téléphone et fait une ou deux photos, au pire, c'est visible de la route, j'y passe régulièrement, si besoin de plus de détails il suffira d'aller voir a l'endroit précis où il nous manque une precision!

Voilà donc ce que j'aimerais reproduire sur mon bâtiment:
DSC_1468.JPG
.


Pour reprendre un peu ce que je vois sur cette photo qui me plait:
-Apparition par zones des parpaings sous forme de traits noircis
-Fond du mur jaune orangé par la mousse et autres lichens élisant domicile avec les années
-Grosse coulure noircie sous l'appui de la fenêtre
-Quelques petites coulures sur la facade
-Nuances de teintes entre les gris

On va donc essayer de reproduire cela sur notre mur au 32 fois plus petit!

Voilà le résultat final, malheureusement aucune photo des étapes intermédiaires, méa culpa, on va tenter de détailler au mieux chacun des points évoqués ci-dessus.
DSC_1537.JPG
.


Pour les zones de parpaings, la méthode est toute bête, je prends mon pinceau tout ébouriffé qui sert habituellement a faire les brossages et autres ramassages de poussière ou dépôt de matière, enfin bref, le truc qui traine dans la caisse a outil depuis des milliers d'années tel un fossile.
L'ensemble des poils réunis nous donne une brosse de 1mm de diamètre mais le fait qu'il soient tous écartés nous donne un résultat beaucoup plus atténué et en douceur qu'avec une brosse classique.
Je dépose au préalable une règle faite d'un petit bout de liteau de 3mm² sur la facade, celle ci est posée de chaque côté sur un morceau de bois permettant de la surélever.
Bref, on prend ce pinceau qu'on vient tapoter dans du pigment noir et décharger au rebord du pot en ne laissant qu'une quantité infime sur les poils.
Et je viens alors effleurer avec les poils pour déposer la matière sur la peinture grise. Il ne faut pas oublier de surélever la règle de manière a ne déposer les pigments de long de la règle sous peine d'avoir un trait rectiligne d'un côté et de l'autre un fondu souhaité.
Répéter l'action pour chaque ligne qu'on veut "créer"
Mon pigment est un pot de 1kg acheté une dizaine d'euros en magasin de bricolage, soit le prix d'un pot de 35ml de chez MIG Ammo, peut être pas exactement le même produit mais différence de tarif notable et un résultat qui est somme toute, convenable a mes yeux.

Pour ma part, j'ai bien entendu testé le procédé sur une chute afin de visualiser la marche a suivre, la quantité de pigments a déposer, la force a appliquer lors du brossage etc...

D'ailleurs globalement cette dernière étape est valable pour chaque opération mettant en péril le travail déjà fourni.


Pour le fond du mur jaune orangé, j'ai choisi d'ajouter du marron pour le rebond de la terre fine et un peu de vert, ne me demandez pas pourquoi.
Peut être est-ce notre dernier digestif entre amis qui ressort? Non non, tout ce qui rentre dans le gosier doit y rester!

Il convient pour cette étape d'avoir avant réalisé le relief de notre diorama afin de tracer grossièrement la ligne d'horizon sur notre mur, il ne faut pas que les effets ajoutés soient six pieds sous terre ni non plus a 2m au dessus du sol!
On en revient toujours a notre cohérence que l'on recherche le plus possible afin de créer l'illusion d'un monde 32fois plus petit!

On procède en plusieurs étapes, plusieurs couches fines de peinture afin de ne pas surcharger inutilement au premier passage en se disant "Merde si j'avais su!!"
On y va doucement, on s'installe tranquillement devant la chaudière, il fait bon, une bonne petite chaise, un peu de musique et surtout la paix!
On commence par préparer la peinture que l'on souhaite appliquer, en s'approchant au plus possible de la teinte souhaitée.
Lorsque j'ai monté mon stock de peinture, j'ai seulement choisi les couleurs primaires (Rouge Jaune et Bleu) et quelques indispensables, le vert, le noir et le blanc. Avec ça on peut tout faire, enfin non, il faut aussi de la patience, mais c'est un peu comme la motivation, parfois le seau est percé!!
Je cherche donc a créer un jaune orangé et un vert jaunâtre avant de démarrer le compresseur.
Une fois qu'on a a peu près les teintes voulues prêtes a faire feu dans le bocal(après dilution copieuse pour limiter la surcharge) on passe doucement par couches jusqu’à obtenir quelque chose qui nous plait, pas trop accentué, assez fondu, et surtout visible avec le relief qui sera posé devant.

Pour la grosse coulure noire sous l'appui de la fenêtre, j'avoue, j'y ait été un peu fort mais quand c'est fait...
Il s'agit là d'un mélange de pigments noir, de terre du pays et d'un peu de diluant pour la partie liquide et fixation.
J'ai appliqué cela avec une brosse en déposant cela comme si la nature l'avait fait au coin de mon bout de PVC ajouté en bas de l'ouverture. C'est là que j'ai mer*é...
J'ai testé une autre méthode sur l'autre côté qui m'as permis de reprendre sur la gauche comme je le souhaitait.
Il est préférable de déposer une petite quantité avec un pinceau pointu plutôt que d'imaginer la coulure se faire seule, la capillarité du bois en fout de partout et on a quelque chose d'énorme sans le vouloir a la base.
Toujours pareil donc, en allant doucement c'est plus facile, d'ailleurs ce n'est pas valable que pour la patine, mais les enfants n'écoutez pas!!! (chut)

J'ajoute ensuite sur la façade quelques points de pigments avec mon pinceau le plus fin que je tire vers le bas afin de faire des micro coulures.
J'ai commencé par la partie en haut a gauche, beaucoup trop brouillon et chargée, mais c'est fait on ne peut pas revenir en arrière, tant pis.
Ce qui est intéressant avec la patine, c'est qu'on peut envisager de nombreux cas de figure pour en arriver au résultat que l'on a créer sans forcément le vouloir.
Notre imagination est donc en perpétuelle effervescence pour réparer les conn**ies des autres moi qui font n'importe quoi avec mes mains!

Après cette étape, j'ai appliqué une couche de vernis neutre afin de fixer mes pigments et ne pas risquer d'en écarter de partout

Pour créer les nuances entre les gris, je prends un gros pinceau type pinceau plat de 50mm avec peu de poils ,acheté a Noz aussi, il me sert beaucoup, mais on en reparlera.
Trempé dans le seau de terre, je saupoudre mon ensemble avec et frotte aléatoirement après avec un brosse plus petite afin de donner du "relief" et de ne pas obtenir une teinte uniformément plus marron qu'auparavant.

Pour la partie renfoncée sur la droite de la photo j'ai seulement appliqué une fine couche de peinture marron en dégradé du sol vers le haut et le brossage avec la terre pour casser l'uniformité, pas de mousses puisque la pluie n'y pénètre pas. Attention toutefois, il faut essayer de ne pas stopper les couleurs brusquement a l'arrête d'un mur, j'ai donc descendu en arrondi sur le mur qui fait angle avec la façade.

Voilà pour ce soir, j'espère que ce pavé imbuvable ne fous étouffera pas comme l’Ostie du curé le dimanche à 11h avant l'apéritif!

@+
Velavii' Pics sur Facebook
Répondre

Retourner vers « Dioramas »